Passer au contenu principal

Lutte biologique accrue : le pouvoir d’améliorer les écosystèmes

Thème: Bases du biocontrôle

Thème: La lutte intégrée contre les organismes nuisibles

Vue d'ensemble

L’agriculture, qui implique la production végétale et animale, est essentielle pour satisfaire les besoins alimentaires fondamentaux de l’homme. Cependant, à mesure que la population mondiale augmente, la demande alimentaire augmente également.1, ce qui accroît la pression sur le secteur agricole pour qu'il obtienne des rendements de récolte et de viande plus élevés.

En conséquence, la demande supplémentaire sur l’environnement a réduit la diversité des cultures et contribué à la perte de biodiversité.2. L'agriculture moderne dépend fortement d'intrants synthétiques tels que les pesticides chimiques, qui peuvent nuire à la santé humaine et environnementale et endommager les terres, rendant l'agriculture non durable.3.

Un paysage représentant des rizières
Production de riz au champ © CABI

Il est donc urgent de mettre en place des pratiques agricoles plus durables. La lutte biologique, une méthode naturelle de lutte antiparasitaire, offre une alternative durable aux pesticides chimiques avec un impact environnemental réduit4. Ici, nous examinons la lutte biologique augmentée et explorons son potentiel, ses défis et ses stratégies pour accroître son adoption par les agriculteurs du monde entier.

Comprendre le contrôle biologique

La lutte biologique, également connue sous le nom de bioprotection ou biocontrôle, consiste à exploiter des composés d'origine naturelle, des composés identiques à la nature ou des organismes vivants pour lutter contre les mauvaises herbes, les ravageurs et les maladies en réduisant leur population à des niveaux gérables. Le biocontrôle n’est pas nouveau ; il est utilisé avec succès depuis plus de 100 ans et est antérieur au contrôle chimique avec des pesticides4.

Les ravageurs et les mauvaises herbes incontrôlés peuvent dévaster les cultures, le bétail et les écosystèmes, avec un impact sur les économies et la santé humaine. Le biocontrôle offre une alternative durable et rentable aux méthodes chimiques ou manuelles, qui présentent des inconvénients importants. Les produits chimiques, bien qu’efficaces, nuisent à l’environnement et à la santé humaine. Les méthodes manuelles ou mécaniques ont tendance à être laborieuses et coûteuses.

Un agriculteur pulvérise un biopesticide dans le champ
Un agriculteur pulvérisant un biopesticide dans un champ © CABI

Quels sont les trois types de lutte biologique ?

Il existe trois catégories distinctes de lutte biologique :  

  • Biocontrôle augmenté est une stratégie de lutte antiparasitaire qui consiste à augmenter la population d'ennemis naturels et d'agents pathogènes en en libérant davantage dans l'environnement.
  • Lutte biologique classique, également connu sous le nom de biocontrôle d'importation, consiste à utiliser un organisme non indigène, tel qu'un prédateur, et à l'introduire dans la zone affectée, où il peut ramener la densité des ravageurs à des niveaux gérables.  
  • Bioprotection de conservation exploite des stratégies pour préserver la population d’ennemis naturels déjà présents dans l’environnement affecté.

Ici, nous nous concentrons uniquement sur le biocontrôle augmentatif. Deux autres blogs spécifiques à la lutte biologique classique et de conservation suivront. En attendant, lisez notre blog ‘Types de contrôle biologique' pour plus de détails.

Lutte biologique augmentée : qu’est-ce que c’est et pourquoi l’utiliser ?

L'augmentation du biocontrôle implique l'augmentation de la population d'ennemis naturels ou d'agents pathogènes présents. Ceci est réalisé en libérant des ennemis naturels (agents de lutte biologique macrobiens ou invertébrés) ou pathogènes (agents microbiens) de manière contrôlée. Bien que les méthodes de biocontrôle, notamment la lutte biologique classique, existent depuis longtemps, la lutte augmentative est relativement nouvelle. Depuis sa découverte, les scientifiques ont identifié de nombreux ennemis naturels et pathogènes et développé des stratégies optimales de production, d’expédition et de dissémination.

Une femelle parasitoïde (Trichogramma dendroliti) sur un œuf de chenille légionnaire (Noctuidae)
Une guêpe parasitoïde (Trichogramme dendrolimi) parasitant un œuf de chenille légionnaire. Crédit : Victor Fursov via Wikimedia commons.

Plusieurs études ont mis en lumière les promesses du contrôle augmentatif. Un article a exploré le succès de la libération de parasitoïdes d'œufs élevés en laboratoire (Hadronotus pennsylvanicus) dans la gestion des bugs de squash (Anasa tristis) en diminuant le taux d'éclosion5. D'autres rapports ont souligné l'importance de stratégies de contrôle augmentatif soigneusement conçues en tenant compte des taux de libération optimaux et du contexte paysager.6,7.

Le biocontrôle augmenté peut être utilisé dans différentes stratégies en fonction de la fréquence et du volume de libération de l’agent :

  • Contrôle inoculant implique de petites libérations constantes d’ennemis naturels ou d’agents pathogènes tout au long de la ou des saisons. Cette stratégie préventive est généralement utilisée lorsqu'un ravageur est présent mais ne pose pas de problème important.  
  • Contrôle des inondations est une approche réactive ou curative face à une infestation de ravageurs qui nécessite un contrôle immédiat. Il s’agit de libérer un grand nombre d’agents de biocontrôle pour obtenir un effet rapide.  

Quels sont les avantages de la lutte biologique augmentative ?

La lutte biologique augmentée présente plusieurs avantages par rapport à d’autres méthodes, telles que la lutte chimique avec des pesticides. Il est basé sur des méthodes ou des composés naturels, ce qui en fait non toxique pour l'homme et l'environnement. C'est beaucoup plus sûr et plus durable sur le plan environnemental car il évite les dommages aigus et chroniques sur la santé et l’environnement causés par les pesticides chimiques.

Les stratégies de biocontrôle sont développées en sélectionnant un agent de biocontrôle qui cible naturellement le ravageur ; la recherche a montré que les stratégies ciblées permettent d’améliorer l’efficacité. De plus, le taux de résistance est bien inférieur à celui des méthodes chimiques, et les efforts de recherche en cours visent à identifier de nouveaux agents de contrôle et à développer des stratégies optimisées.

En termes de coût, la lutte augmentée est généralement plus durable économiquement que la lutte chimique, car elle évite les effets néfastes sur la santé des sols, ce qui peut améliorer le rendement des cultures à long terme. Les stratégies d’augmentation préventive évitent le risque d’infestation de ravageurs, surmontant ainsi la perte de revenus due aux rendements détruits par les ravageurs. Enfin, ces stratégies sont viable pour les producteurs biologiques, permettant aux producteurs d'accéder aux marchés biologiques8.

Près du sol où poussent de jeunes plants de maïs
Les jeunes plants de maïs peuvent pousser de manière plus robuste dans un sol plus sain. Crédit : Steven Weeks via Unsplash

Quels sont les défis associés à la lutte biologique augmentative ?

Malgré son potentiel et les réussites qui y sont associées, la lutte biologique augmentative n’est pas sans limites, et les stratégies permettant de surmonter ces défis sont cruciales pour promouvoir l’adoption de cette stratégie d’agriculture durable.8.

Bien que l’augmentation biologique présente des avantages financiers considérables à long terme, les agents de lutte biologique ne sont pas toujours moins chers que leurs homologues chimiques. De plus, en raison de la nature vivante de nombreux ennemis naturels, ils peuvent nécessiter un stockage dans des conditions spécifiques ou dans des installations spécialisées qui ne sont pas forcément accessibles à tous les producteurs. Cependant, tous les agents de biocontrôle n’exigent pas cela, et les recherches futures développeront probablement des stratégies pour y remédier.

Le contrôle augmentatif nécessite des connaissances, de la planification et de la patience :

  1. Les producteurs et les conseillers doivent réussir à identifier le ravageur.
  2. Ils doivent développer une stratégie d’augmentation, qui implique de sélectionner le bon agent de biocontrôle et de décider du dosage, du moment et de la fréquence de libération.

Les conseillers peuvent réduire le fardeau de la recherche et de la planification et aider les producteurs à optimiser la stratégie. Malgré les avantages des approches augmentatives, elles nécessitent du travail, avec de fréquentes réapplications et des observations des populations de ravageurs. De plus, la nature ciblée du biocontrôle peut représenter un défi puisque la stratégie sera spécifique à un organisme nuisible particulier. Les efforts de recherche et de développement en cours visent à surmonter ce problème.

agriculteur et conseillers sur le terrain surveillant les ravageurs et prenant des notes
Un agriculteur accompagné de deux conseillers agricoles surveillent les ravageurs dans un champ de tabac en Argentine © CABI

Un obstacle important à son adoption est le besoin de davantage d’éducation sur les avantages de l’augmentation biologique et sur la manière de la mettre en œuvre avec succès. Naturellement, les utilisateurs sont souvent plus enclins à s’en tenir à ce qu’ils connaissent, les pesticides chimiques, plutôt que d’essayer quelque chose de nouveau. En plus d'utiliser les conseillers comme source d'information, des ressources en libre accès telles que le portail CABI de BioProtection visent à sensibiliser les utilisateurs à l’agriculture durable.

Directions futures

La lutte biologique augmentée présente une solution prometteuse et durable pour l’agriculture moderne, répondant au besoin urgent d’une lutte antiparasitaire respectueuse de l’environnement. Ses avantages par rapport aux méthodes chimiques incluent la sécurité, l’efficacité et la durabilité économique et environnementale. Les futurs efforts de recherche et développement devraient relever des défis tels que le coût, les exigences de stockage et les lacunes dans les connaissances. L’éducation au biocontrôle est également essentielle pour promouvoir la sensibilisation aux alternatives aux pesticides et accroître leur adoption à l’échelle mondiale.

Pour en savoir plus sur les stratégies de biocontrôle augmentatif, consultez la gamme de ressources précieuses disponibles dans le Ressources du portail CABI BioProtection, ou si vous êtes prêt à choisir un produit, visitez notre page de produits.

Sources

1. Nations Unies Population. Les Nations Unies. Consulté le 6 décembre 2023. https://www.un.org/en/global-issues/population
2. Gámez-Virués S, Perović DJ, Gossner MM, et al. La simplification du paysage filtre les traits des espèces et favorise l’homogénéisation biotique. Nat Commun. 2015;6(1):8568. est ce que je:10.1038/ncomms9568
3. Meehan TD, Werling BP, Landis DA, Gratton C. Simplification du paysage agricole et utilisation d'insecticides dans le Midwest des États-Unis. Proc Natl Acad Sci. 2011;108(28):11500-11505. est ce que je:10.1073/pnas.1100751108
4. Bale JS, Van Lenteren JC, Bigler F. Contrôle biologique et production alimentaire durable. Philos Trans R Soc B Biol Sci. 2008;363(1492):761-776. est ce que je:10.1098/rstb.2007.2182
5. Boyle SM, Salom S, Schultz P, Lopez L, Weber DC, Kuhar TP. Lutte biologique accrue contre la punaise de la courge (Hemiptera : Coreidae) à l'aide du parasitoïde des œufs, Hadronotus pennsylvanicus (Hymenoptera : Scelionidae). Prischmann-Voldseth D, éd. Environ Entomol. 2023;52(5):779-786. est ce que je:10.1093/ee/nvad079
6. Foule DW. Impact des taux de libération sur l'efficacité des agents de lutte biologique augmentés. J Insecte Sci. 2007;7(15):1-11. est ce que je:10.1673/031.007.1501
7. Perez-Alvarez R, Nault BA, Poveda K. L'efficacité de la lutte biologique augmentative dépend du contexte paysager. Sci Rep.2019;9(1):8664. est ce que je:10.1038/s41598-019-45041-1
8. Bianchi FJJA, Ives AR, Schellhorn NA. Interactions entre l'agriculture conventionnelle et biologique pour les services de biocontrôle à travers le paysage. Ecol Appl. 2013;23(7):1531-1543. est ce que je:10.1890/12-1819.1
9. Van Lenteren JC. L’état de la lutte biologique commerciale accrue : de nombreux ennemis naturels, mais un manque d’adoption frustrant. BioContrôle. 2012;57(1):1-20. est ce que je:10.1007/s10526-011-9395-1

Partager cette page

Articles connexes

Cette page est-elle utile ?

Nous sommes désolés que la page n'ait pas rencontré votre
attentes. Veuillez nous faire savoir comment
nous pouvons l'améliorer.