Passer au contenu principal

Comprendre les pucerons nuisibles : espèces, dégâts et stratégies de gestion

Thème: Guides antiparasitaires

Vue d'ensemble
Que sont les pucerons ?
Quels sont les différents types de pucerons ?
Quel est l’impact des pucerons ?
Comment savoir si j’ai un problème de pucerons ?
Comment se débarrasser des pucerons
Conclusions et orientations futures

Les pucerons sont de petits insectes qui se nourrissent de la sève des cultures et d'autres plantes. À l’échelle mondiale, il existe environ 5,000 1,350 espèces de pucerons, dont environ XNUMX XNUMX rien qu’en Amérique du Nord. Les différentes espèces de pucerons varient tant par leur apparence que par le type de plantes qu'elles attaquent. Les pucerons sont des insectes au corps mou et de nombreuses espèces sont inoffensives pour les plantes. Les espèces problématiques ne causent des dommages aux plantes que lorsque leur nombre atteint un certain niveau. Au Canada seulement, les pucerons attaquent plusieurs cultures importantes comme les pommes, le blé, les pommes de terre et le chou. Cela peut entraîner une perte de rendement importante et les pucerons peuvent également transmettre des maladies qui causent des dommages supplémentaires aux plantes.

Dans cet article, nous donnerons un aperçu de ce que sont les pucerons et comment les identifier, avant de fournir des instructions sur la façon de s'en débarrasser.

Que sont les pucerons ?

Les pucerons sont de petits insectes au corps mou en forme de poire qui sont généralement verts mais peuvent également apparaître dans d'autres couleurs telles que le jaune, le rose, le violet et le brun rougeâtre. Certaines espèces de pucerons peuvent avoir des ailes, notamment au printemps et en automne et lorsque la colonie est nombreuse. Les pucerons se distinguent généralement des autres insectes par la présence de cornicules. Les cornicules sont des structures en forme de tube qui pointent vers l’extérieur du corps. Les pucerons peuvent être trouvés sous forme d'insectes solitaires, mais ils ne causent des dommages aux plantes qu'en plus grand nombre.

Les pucerons peuvent se reproduire de manière sexuée et asexuée (avec et sans partenaire). Cela signifie que leur nombre peut croître rapidement et que 12 générations peuvent être produites chaque année. Les pucerons juvéniles sont appelés nymphes et passent par plusieurs stades de croissance distincts avant de devenir adultes. Ce processus prend environ une semaine.

Les pucerons peuvent être protégés par d’autres insectes comme les fourmis. Les fourmis « élèvent » efficacement les pucerons et utilisent leur miellat comme source de nourriture. En retour, les fourmis éloignent les prédateurs de pucerons. Les pucerons partagent également une relation symbiotique avec une bactérie appelée Buchnera aphidicola qui produit des acides aminés essentiels pour les pucerons en échange de protection et de nutriments.

Puceron Alcanet, de couleur jaune clair, montrant les tubes corniculaires distinctifs dépassant de l'abdomen.
Gros plan d'un puceron Alcanet (Ovatomyzus boraginacearum), montrant les cornicules distinctives dépassant du haut de l'abdomen. ©InfluentialPoints/via influentpoints.com – CC BY 3.0

Quels sont les différents types de pucerons ?

Il existe une grande variété d’espèces de pucerons qui diffèrent par leur apparence et les cultures qu’elles affectent. Certaines des espèces les plus courantes ou problématiques sont :

Puceron du pommier (Aphis pomis)

Ces ravageurs sont également connus sous le nom de pucerons verts du pommier. Ils se nourrissent de feuilles et de jeunes pousses mais ne causent pas de dégâts importants en faible nombre. En grand nombre, ils sont capables de retarder la croissance des plantes et de nuire à la qualité des fruits. Le miellat qu’ils sécrètent peut provoquer la croissance de moisissures sur les plantes.

Une infestation de nombreux pucerons du pommier, de couleur verte, sur une tige de plante
Puceron du pommier (Aphis pomis) infestation – Crédits : Jim Baker, North Carolina State University, Bugwood.org

Puceron du chou (Brévicoryne brassicae)

Comme leur nom l’indique, ces pucerons attaquent le chou et les plantes similaires comme le brocoli et le chou frisé. Ils sont généralement gris-vert et sécrètent du miellat. Selon leur nombre, les pucerons du chou peuvent provoquer un jaunissement des feuilles et même entraîner une perte totale de la récolte.

Une feuille verte avec les pucerons du chou de couleur claire
Puceron du chou (Brévicoryne brassicae) – Crédits : Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org

Puceron vert du pêcher (Myzus persicae)

Ces insectes sont normalement jaunâtres ou verts, mais des variétés roses sont également observées. Ils se nourrissent de pêches et d’autres cultures comme les pommes de terre et peuvent entraîner des pertes importantes de récoltes. En plus des dommages directs causés par l’alimentation, cette espèce propage également de nombreux virus végétaux nuisibles aux cultures qu’elle attaque.

Pucerons verts du pêcher, de couleur jaune clair, se rassemblant à la tige de la feuille
Puceron vert du pêcher (Myzus persicae) – Crédits : Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org

Puceron du pois (Acyrthosiphon pisum)

Ces ravageurs ciblent les cultures de légumineuses, notamment les pois, et se retrouvent dans les variétés vertes et roses. Comme les autres pucerons, ils propagent des maladies des plantes et favorisent la croissance de moisissures en sécrétant du miellat.

Puceron du pois, de couleur verte, avec de longues antennes à pointe jaune et noire.
Puceron du pois (Acyrthosiphon pisum) – Crédits : Phil Sloderbeck, Kansas State University, Bugwood.org

Puceron lanigère du pommier (Eriosome lanigerum)

Ces ravageurs attaquent les pommiers et les plantes similaires et sont normalement brun rougeâtre. Ils sécrètent une substance cireuse qui les recouvre de ce qui ressemble à une couche de coton. Ils peuvent attaquer l’écorce des arbres qui peut devenir un site d’infection bactérienne et fongique.

Une infestation de pucerons lanigères du pommier sur une branche de plante brune montrant le caractère laineux et pelucheux distinctif de leur présence
Puceron lanigère du pommier (Eriosome lanigerum) – Crédits : Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org

Puceron rose du pommier (Dysaphis plantaginea)

Ces insectes attaquent les pommiers et sont d’apparence violette ou rose. Le puceron rose du pommier attaque les feuilles et les fruits, en plus de consommer la sève. Les pommiers infestés par ces ravageurs produisent des fruits plus petits qui ne tombent pas. Comme certaines autres espèces de pucerons, ces ravageurs favorisent la croissance de moisissures et sont responsables du transfert de maladies des plantes.

Pucerons roses brun foncé du pommier sur la partie inférieure d'une feuille
Puceron rose du pommier (Dysaphis plantaginea) – Crédits : Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org

Pour plus d'espèces ou des informations supplémentaires, l'Université de Californie, l'Université du Wisconsin-Madison et l'Université d'État Réseau Bugwood offrent une richesse de recherches et de ressources sur l’identification, la biologie et la gestion des pucerons.

Quel est l’impact des pucerons ?

Les pucerons possèdent de longues pièces buccales spécialisées qui leur permettent de percer les tissus végétaux et d'accéder à la sève des feuilles ou d'autres parties de la plante. De grandes infestations peuvent provoquer un retard de croissance de la plante et empêcher les fruits de mûrir correctement. Comme nous l'avons mentionné, les pucerons attaquent une grande variété de plantes hôtes. Il est probablement plus courant de trouver une plante donnée avec un puceron qui s'en nourrit que sans. De nombreuses espèces de pucerons produisent du miellat, une substance sucrée qui favorise la croissance d'une moisissure appelée fumagine qui peut inhiber la croissance des plantes.

Maladies des plantes transmises par les pucerons

Les pucerons sont porteurs d'une grande variété de maladies des plantes (principalement des virus) qui peuvent entraîner la perte totale des récoltes. Ceux-ci inclus:

  • Virus Y de la pomme de terre (PVY) affecte principalement les pommes de terre mais endommage également d'autres plantes. Les symptômes du PVY comprennent des mosaïques et des marbrures sur les feuilles, la chute des feuilles, des malformations des tubercules (dans les pommes de terre) et une perte de qualité et de rendement des cultures.
  • Virus de la mosaïque commune du haricot (BCMV) affecte les haricots communs et autres légumineuses comme les pois. Les symptômes du BCMV comprennent des motifs de mosaïque et de marbrures sur les feuilles, un retard de croissance et une taille réduite des gousses.
  • Virus de la jaunisse naine de l’orge (BYDV) affecte principalement l'orge et le blé mais aussi l'avoine et le seigle. Les symptômes du BYDV comprennent le jaunissement et le rougissement des feuilles, un retard de croissance, une qualité et un rendement réduits des grains et une sensibilité accrue à d'autres stress.

Le contrôle des populations de pucerons est essentiel pour prévenir la propagation de virus végétaux nuisibles, qui peuvent réduire considérablement le rendement et la qualité des cultures.

Feuilles d'une plante présentant un enroulement déformé dû à une infestation de pucerons
Plante de gardénia tahitienne avec de jeunes feuilles enroulées et déformées causées par l'alimentation des pucerons. Droits d’auteur : Scot Nelson, Flickr.

Les pucerons sont-ils dangereux pour l'homme ?

Les pucerons ne sont pas dangereux pour l'homme. Ils ne mordent pas, ne piquent pas et ne sont pas toxiques.

Comment savoir si j’ai un problème de pucerons ?

Les pucerons ne causent généralement pas de dégâts jusqu'à ce qu'il y ait une infestation importante. Les premiers signes que vous remarquerez probablement incluent un enroulement ou un jaunissement des feuilles. Vous remarquerez peut-être également que les fruits n’atteignent pas la taille attendue. D'autres signes incluent l'apparition de fumagine noire ou d'une matière laineuse semblable à du coton qui apparaît chez certaines espèces comme le puceron lanigère du pommier.

Les pucerons sont visibles à l'œil nu, donc une infestation importante peut être facilement observable lors de l'inspection. Si vous remarquez un nombre accru de fourmis autour des plantes ou des arbres, cela peut être le signe d’une infestation de pucerons. Cela peut généralement être confirmé en vérifiant plus haut sur l'usine.

Comment se débarrasser des pucerons

La lutte contre les pucerons bénéficie considérablement de la lutte intégrée contre les ravageurs, qui combine des méthodes culturelles et biologiques pour parvenir à des solutions durables.

Contrôle culturel

Les pucerons peuvent être particulièrement dommageables pour les jeunes plants, c'est pourquoi vérifier la zone de plantation pour détecter la présence de pucerons avant la plantation peut aider à prévenir les dommages. De même, semer tôt dans la saison peut aider les plantes à atteindre leur maturité avant que la population de pucerons ne devienne nuisible pendant les mois les plus chauds. Surveiller régulièrement les jeunes plantes pour voir si elles se portent bien peut vous aider à détecter les infestations avant qu'elles ne deviennent dommageables. Si vous détectez une infestation, vous pouvez couper la partie infectée de la plante et la jeter en toute sécurité sans la mettre en contact avec d'autres plantes. Le contrôle des populations de fourmis peut également contribuer à réduire le nombre de pucerons. Enlever les débris des cultures et pratiquer des méthodes de rotation des cultures peuvent aider à perturber les nids et à réduire le nombre de fourmis.

La lutte biologique

Méthodes de contrôle biologique offrir une alternative plus sûre aux pesticides chimiques. Les méthodes de lutte biologique pour cibler les pucerons comprennent l'application de substances naturelles sur les plantes, l'encouragement de la croissance d'ennemis naturels indigènes ou la libération d'agents de lutte biologique, notamment des prédateurs et des parasites. Ces deux derniers exemples sont connus sous le nom de macrobiens.

Les substances naturelles peuvent être des méthodes de lutte biologique efficaces contre les pucerons. Huile minérale est efficace pour tuer les pucerons et agit en empêchant les ravageurs de respirer (respiration). Pyréthrine est un composé présent dans les graines des plantes à fleurs de pyrèthre qui a des effets insecticides contre les pucerons. Il agit en attaquant le système nerveux des insectes.

Il existe de nombreux prédateurs naturels des pucerons, notamment les coccinelles, les chrysopes et les minuscules punaises pirates. En règle générale, le nombre de prédateurs n'augmente pas de manière significative tant qu'il n'y a pas déjà une grande population de pucerons, ce qui peut être trop tard. Il peut donc être bénéfique de relâcher les prédateurs indigènes des pucerons plus tôt dans la saison pour aider à contrôler leur nombre.

En utilisant guêpes parasites qui pondent des œufs dans les pucerons et les utilisent comme hôtes est une autre option de contrôle.

Deux personnes dans un champ portant des combinaisons de sécurité blanches utilisant un équipement de pulvérisation sur un champ de culture
Des agriculteurs du Kenya pulvérisent des biopesticides bactériens sur les cultures pour tuer les larves des ravageurs. Copyright : Fonds pour l’environnement mondial, Flikr.

Contrôle chimique

Des pesticides chimiques ont été utilisés pour contrôler le nombre de pucerons, mais ils causent des dommages importants à l'environnement. De plus, les méthodes de lutte chimique épuisent les prédateurs naturels des pucerons et peuvent créer une niche propice à la croissance des pucerons. L'enroulement des feuilles peut protéger les pucerons des pesticides chimiques.

Il est important de se rappeler que sur certains arbres matures, le miellat produit par les pucerons peut attirer des insectes utiles qui peuvent éloigner d’autres ravageurs. Il est donc important de veiller à n'utiliser des mesures anti-pucerons que lorsque vous êtes sûr qu'elles causent un problème.

Conclusion et orientations futures

Les pucerons constituent un groupe diversifié de ravageurs qui peuvent avoir un impact significatif sur un large éventail de cultures. Leur capacité de reproduction sexuée et asexuée signifie que leur nombre peut augmenter rapidement selon les saisons. Les pucerons se nourrissent de la sève des plantes hôtes, favorisent la croissance de moisissures et transmettent des maladies aux plantes. Identifier précocement les pucerons et comprendre les espèces spécifiques impliquées sont des étapes cruciales dans la gestion de leurs populations. Les méthodes de lutte culturelle et biologique sont importantes pour contrôler les niveaux de pucerons tout en minimisant les dégâts et en réduisant l'impact environnemental.

Découvrez plus de solutions à vos problèmes parasitaires en consultant le Portail CABI de BioProtection. Pour en savoir plus, consultez notre article dédié sur différents types de lutte biologique.

Partager cette page

Articles connexes

Vous cherchez des moyens sûrs et durables de gérer les ravageurs et les maladies ?
Cette page est-elle utile ?

Nous sommes désolés que la page n'ait pas rencontré votre
attentes. Veuillez nous faire savoir comment
nous pouvons l'améliorer.