Le biocontrôle peut aider les producteurs à s'aligner sur les politiques de sécurité alimentaire

Dernièrement, les gouvernements ont tendance à rehausser les normes de sécurité alimentaire afin de protéger la santé humaine. Les producteurs cherchent également à utiliser des alternatives aux pesticides chimiques pour vendre sur des marchés plus larges et plus lucratifs.   

Certaines régions du monde introduisent de nouvelles politiques visant à réduire l’utilisation des pesticides chimiques. Par exemple, l’UE vise à réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici à 2030. Un changement de réglementation est à venir. Les producteurs devront donc protéger leurs entreprises. Il sera possible de vendre sur les marchés internationaux, mais cela impliquera un changement.  

Tomates biologiques sur un marché en Amérique du Nord, Creative Commons.

Le biocontrôle apporte un avantage concurrentiel

Le biocontrôle apporte des avantages considérables. L’un d’eux est la compatibilité avec les politiques de sécurité alimentaire. Les produits de bioprotection sont adaptés à la lutte intégrée contre les ravageurs (aussi appelée IPM, de l’anglais “Integrated Pest Management”). Ces produits sont aussi conformes à la certification biologique. Ils peuvent même être utilisés dans l’agriculture biodynamique (il s’agit d’une approche holistique de l’agriculture qui prend en compte des éléments écologiques et éthiques).   

Les producteurs peuvent utiliser à la fois des macro-organismes et des biopesticides comme biocontrôle. Les biopesticides comprennent par exemple les champignons et les substances organiques comme les huiles et les phéromones. Les macro-organismes comprennent les acariens bénéfiques et les insectes prédateurs.  

Les pays comment à s’éloigner des produits chimiques. Trouver des alternatives devient donc un enjeu commercial. Le biocontrôle apporte des avantages considérables aux agriculteurs et producteurs. Il leur permet de continuer à produire même lorsque la réglementation change et renforce la durabilité de leurs activités. 

Utilisation de pesticides chimiques et politiques de sécurité alimentaire

Actuellement, de nombreux agriculteurs utilisent des pesticide mais ces solutions chimiques peuvent entraîner des résidus et restreindre le commerce. Des résidus élevés entraînent des interdictions d’importation. De nombreux pays peuvent rejeter des livraisons précieuses à la frontière.   

L’UE, par exemple, a déjà interdit l’importation de produits d’horticulture. Les fruits et légumes ne passent pas la frontière s’ils ne sont pas conformes. Les politiques de sécurité alimentaire façonnent le marché. Ces interdictions peuvent affecter les revenues des agriculteurs.   

Les producteurs doivent penser à éviter les produits chimiques. En utilisant le biocontrôle, les agriculteurs peuvent atteindre des normes de production alimentaire plus élevées. Le biocontrôle leur permet aussi d’accéder à des marchés internationaux plus stricts. Cette démarche permet aux producteurs d’assurer l’avenir de leur exploitation. Ainsi, cela leur garantit également une meilleure qualité de vie.