Chercher et détruire : utilisation des nématodes dans la lutte contre les insectes nuisibles

An image of Tenebrio molitor larvae that are a distinct red colour on a white cotton background
Les larves de Tenebrio molitor ont une coloration rouge distincte lorsqu’elles sont colonisées par les bactéries symbiotiques de nématodes entomopathogènes bénéfiques. En fait, ce sont les bactéries symbiotiques (et non les nématodes) qui tuent l’insecte.

Les nématodes, ou plus exactement les nématodes tueurs d’insectes (appelés nématodes entomopathogènes, EPNs) existent naturellement dans l’environnement comme parasites de larves d’insectes. Les nématodes appartenant aux genres Steinernema et Heterorhabditis sont généralement utilisés dans la lutte contre les principaux insectes ravageurs que l’on trouve dans une série de différents systèmes de production végétale. Avec l’interdiction de nombreux insecticides en agriculture en raison de leur effets néfastes sur les utilisateurs et sur l’environnement, les nématodes peuvent offrir une alternative efficace dans la lutte contre les insectes ravageurs. Ils sont particulièrement efficaces dans la lutte contre des ravageurs dont les larves se trouvent dans le sol, comme celles du ver blanc et du ver gris. 

Infective juvenile insect killing larvae emerging from a dead insect.
Larves juvéniles infectieuses (larves bénéfiques/tueuses d’insectes) d’un nématode entomopathogène sortant du cadavre d’un insecte

Les nématodes sont un outil utile dans la gestion des insectes ravageurs pour plusieurs raisons :

  • Ils peuvent être utilisés en plein champ, dans les cultures couvertes, dans les vergers ainsi que pour le gazon

Plusieurs EPNs sont utilisés commercialement : dans les cultures de plein champ pour lutter contre plusieurs papillons nocturnes dont les larves appelées vers gris vivent dans le sol (Agrotis spp.), en culture sous serre pour lutter contre les larves des mouches du terreau (Bradysia spp.), dans les vergers pour contrôler le carpocapse des pommes (Cydia pomonella), et dans le gazon pour lutter contre les vers blancs (y compris le scarabée japonais (Popillia japonica).

  • Ils peuvent être appliqués au sol (sur de la terre ou du composte) ou sur le feuillage ou les tiges
  • Certains nématodes entomopathogènes, comme Heterorhabditis bacteriophora, cherchent activement leurs insectes hôtes, tandis que d’autres, comme Steinernema carpocapsae, se tiennent près de la surface du sol à l’affut de leurs proies
  • Ils sont spécifiques et ont une gamme d’hôtes limitée

Les EPNs parasitent les insectes et leur gamme d’hôtes est variable selon les espèces. Par exemple, S. feltiae, attaque les coléoptères, les diptères, les lépidoptères et les hyménoptères alors que H. bacteriophthora attaque seulement les coléoptères, principalement les scarabées. Pour apprendre comment les nématodes interagissent avec les systèmes vivants, voir https://www.youtube.com/watch?v=jM4kZsQntxU

  • Ils sont peu susceptibles de favoriser la résistance des insectes hôtes

Les EPNs ne tuent pas l’insecte hôte eux-mêmes, mais les bactéries symbiotiques libérées par le nématode lorsqu’il pénètre la larve de l’insecte hôte. Les enzymes bactériennes provoquent une liquéfaction de la larve, dont les EPNs se nourrissent des produits. Pour voir une animation animée du mode d’action, allez à https://www.youtube.com/watch?v=kohR7sdCbAE&feature=emb_rel_end

  • Ils sont considérés par les autorités nationales, comme sûrs pour l’environnement, les utilisateurs et les consommateurs

Les EPNs et les bactéries symbiotiques qui leur sont associés n’ont pas d’effets nocifs avérés sur les hommes et les autres vertébrés. Tous les effets indésirés sur les populations naturelles d’invertébrés sont considérés comme étant de courte durée.

  • Ils ne se nourrissent pas de matériel végétal

Les EPNs ne ressemblent en rien aux nématodes parasites des plantes et n’utilisent pas de matériel végétal comme source de nourriture.

  • Ils ne produisent aucun résidu dans les cultures
  • Ils réduisent le besoin en pesticides chimiques
  • Ils peuvent être appliqués en utilisant les systèmes de pulvérisation ou d’irrigation existants

En cas d’utilisation de matériel de pulvérisation conventionnel ou d’irrigation par aspersion, il faut veiller à retirer les filtres et les tamis, s’assurer que les buses ont un diamètre d’au moins 0,5 mm et utiliser une faible pression pour éviter d’endommager les EPNs.  

  • Ils peuvent être utilisés avec d’autres agents de lutte biologique ou d’autres moyens de lutte intégrée

Ils peuvent être appliqués contre des insectes ravageurs en même temps que d’autres produits de biocontrôle comme Bacillus thuringiensis (Bt), ou que des insecticides conventionnels tels que l’imidaclopride, souvent avec des effets synergétiques, ou avec des doses plus faibles mais efficaces d’insecticides.

  • Ils peuvent être utilisés en agriculture biologique
Beneficial larvae emerging from an insect cadaver.
Larves entomopathogéniques (bénéfiques/tueuses d’insectes) sortant du cadavre d’un insecte.

Un exemple de succès est celui de l’utilisation au Royaume-Uni de nématodes pour lutter contre le charançon de la vigne (Otiorynchus sulcatus) dans les fraisiers : https://www.ibmabiocontrolsuccess.org/case/beneficial-nematodes-epn-control-vine-weevil-in-strawberry-in-uk/

Pour visionner une autre présentation animée sur les nématodes entomopathogéniques, voir
https://www.youtube.com/watch?v=wZ1LDXkyp6Y

Des produits contre les insectes nuisibles à base de nématodes des genres Steinernema et Heterorhabditis peuvent être trouvés sur www.bioprotectionportal.com.